Recherche-immo.fr, Se connecter

Par RechercheImmo  11/11/2014 | 2:25 Publié dans Achat, Vente

La copropriété serait-elle devenue une gageure ? Beaucoup serviraient un gros « OUI » en guise de réponse. Pour cause, l’augmentation exponentielle des charges de copropriétés, au cours de la dernière décennie. Ci-dessous, des éléments de précision, sur cette envolée incommodante, pour les occupants de copropriétés.

L’évolution de charges de copropriété

Elle s’apparente plus à une hyperbole, d’après les derniers chiffres de l’Association des responsables de copropriété (Arc). En effet, l’organisme annonce une augmentation de 62%, depuis le début de la décennie. Entre 2000 et 2013, l’augmentation globale s’établit à 104%, par rapport aux valeurs de l’époque. Si bien que ces charges représentent, aujourd’hui 34% des dépenses des ménages vivants en copropriété. L’Arc n’a pas manqué d’analyser les allocations et leur contribution, dans la hausse constatée. Ce qui a permis de dégager les pistes à suivre, en vue d’amener le montant de ces charges à la baisse.

Les charges de « copros » en question…

Il s’agit des charges liées à l’entretien des bâtiments, à la gestion des syndics, au chauffage et autres charges. Leur structure se présente comme suit :
En tête de la liste, le chauffage et l’eau chaude grèvent le budget des ménages en copropriété. Il ne faut pas chercher loin, pour comprendre cette tendance. Elle est à mettre sur le compte de l’augmentation continue des prix de l’énergie. S’y ajoutent, le défaut d’entretien des installations et la mauvaise isolation. Toutes choses qui ont tendance à accroître la facture énergétique.

Les contrats de syndic, quant à eux, sont incriminés, en raison des contrats de prestations hors forfait. Leur nombre a augmenté, ces dernières années, au point de représenter 50% du coût de certains contrats.

L’eau, même froide, contribue également à grever les charges de copropriété. À ce niveau, c’est surtout l’attitude de certains occupants qui est pointée du doigt. Ils auraient tendance à laisser les robinets ouverts, pour compenser les pertes liées au système facturation ; celui-ci est basé sur une facturation au prorata de la superficie.

Le gardiennage, la domesticité (pour les parties communes) et, les frais d’entretien et maintenance, ferment la liste des responsabilités dans cette situation.
Maintenant que les maux sont identifiés, les remèdes suivront aisément…

Article similaire